Yann VAGNEUX
CO-ESSE. Le mystère trinitaire dans la pensée de Jules Monchanin (1895-1957) -
655 pages, DDB Desclée de Brouwer.
 

Ce livre s’adresse aux chrétiens qui désirent réfléchir aux défis du dialogue qu’ils sont appelés à entreprendre avec d’autres traditions religieuses. Prêtre à Bénarès, l’auteur partage depuis trois ans les joies et les recherches de ses frères hindous, musulmans et jaïns. Il s’attache ici à scruter la pensée « elliptique » de son grand précurseur, le fondateur de l’ashram du Sacccidananda qui voua sa vie, à «repenser l’Inde en chrétien et le christianisme en indien ».
Jeune philosophe, Monchanin s’est arrêté d’abord sur une question primordiale: l’appel de l’Un-Absolu et la multiplicité du réel. La plus éclatante réponse lui vient de sa méditation sur la circumincession trinitaire où « l’Unité se dilate en Trinité sans s’accroître et la Trinité se recueille en unité sans s’amoindrir » (Denys d’Alexandrie). Tel est, en théologie, le mystère du « co-esse ». Poursuivant sa réflexion sur la personne, il y décèle une « structure trinitaire » car « tout être est un être ensemble ». Cette spécificité humaine s’accompagne d’une dynamique : le dépassement des valeurs – communes à chaque culture – en vue de l’incorporation au Plérôme eschatologique quand « Dieu sera tout en tous ». Monchanin a toujours refusé une perception restrictive de l’Eglise pour sauvegarder « une vision spacieuse» et dilatante.
En Inde, il se heurte aux doctrines de la non-dualité, cette radicale séparation entre le Brahman, l’Un-sans-second, l’Absolu impersonnel et le plan du phénoménal livré à l’illusion de maya. Mais fidèle à son propos initial de « repenser l’inde en chrétien et le christianisme en indien », il adopte la posture positive de « vases communicants » et se tourne vers l’expérience des mystiques chrétiens, d’un Jean-de-la Croix en particulier. La dernière partie de l’ouvrage intitulée sam-sat (« être-avec » en sanscrit) livre donc l’exigeant cheminement de la pensée – et de la vie – de l’ermite du Shantivanam en partage avec le mysticisme hindou, « patient échange de dons spirituels » dont l’ultime étape consiste à « s’enfoncer dans le bois » de la Croix.
Enfin, ces pages denses et fécondes sont encore plus précieuses qu’une belle étude académique car, aujourd’hui, leur auteur continue de creuser sur les rives du Gange le patient chemin intellectuel et spirituel ouvert par son aîné il y a ¾ de siècle .


Deux lettres inédites
 

Jules MONCHANIN à Claude Dumontet, ami très fidèle depuis le petit Séminaire qui fit une modeste carrière dans le négoce de la soierie, s’ingéniant à fournir son ami en vêtements liturgiques selon ses vœux, telle « la chasuble aux couleurs de l’Inde qui a des serpents verts entrelaçés » (à sa mère 3 décembre 1940). En 1921, M. n’est pas encore ordonné.

Don Henri LE SAUX à Marie-Thérèse Le Saux,
A l‘occasion de la profession solennelle à l’Abbaye Saint Michel de Kergonan de la cadette de la famille. Lorsque Marie-Thérèse y entra en juillet 1952, son frère lui écrivit : « Tu sais, désormais, tu tiens en quelque manière ma place à Kergonan. Et si tu pries bien, mon travail ici sera utile.» Monchanin est décédé quelques mois plus tôt, LS s’interroge sur son avenir.

Les deux lettres


Site du Vatican - Pour la Fête de Diwali de nov 2004

Message du Conseil Pontifical pour le dialogue interreligieux aux Hindous.
Collaboration entre Hindous et Chrétiens dans le soin des enfants.


Site du Vatican - Pour la Fête de Diwali d'octobre 2003
Message du Conseil Pontifical pour le dialogue interreligieux aux Hindous.
Hindous et Chrétiens: la promotion de la dignité humaine.

Chrétiens en Inde - Missions Etrangères de Paris (MEP)
 

Dossier présentant la situation des Chrétiens en Inde.
Deux perspectives retiennent plus particulièrement notre attention :

  • Le rappel historique de l’origine du Christianisme
  • Les enjeux et problèmes soulevés par l’inculturation
http://eglasie.mepasie.org/2000/fevrier/inde/2_2000/dossier1_1/index.htm
Documents